Après avoir marqué intentionnellement contre son camp à Marseille, Nolan Roux rejoint trois autres attaquants lillois à la clinique psychiatrique de la Maison Fleurie

Encore un attaquant lillois qui devient fou : mais que fait donc René Girard?

Nolan Roux était tout sourire, aux anges même après son but réussi à Marseille ce samedi : « je dois l’avouer, ce but au Vélodrome et les 60.000 spectateurs qui ont ensuite scandé mon nom m’ont procuré une jouissance indescriptible, une sensation de bonheur trop rare cette saison, a déclaré l’attaquant des Dogues aux journalistes à sa sortie du terrain. Quand j’ai vu le ballon arriver au premier poteau sur le corner de Flo, j’ai constaté que je n’étais pas couvert par mes adversaires. Le gardien ayant plutôt anticipé un centre aérien, je n’ai pas hésité : j’ai tenté une petite déviation au premier poteau et le ballon s’est retrouvé au fond des filets. C’est la plus belle occasion pour moi depuis le début de la saison, je me devais de la transformer pour retrouver la confiance et montrer à mes partenaires que nous pouvons marquer ».

Le seul problème pour l’attaquant lillois : il a certes ouvert le score au Vélodrome, mais en marquant contre son camp. « Quand il a célébré son but dans les vestiaires à la fin du match, nous nous sommes bien rendus compte qu’il avait craqué, a indiqué le capitaine Rio Mavuba. Encore un attaquant qui perd la tête chez nous. Des infirmiers sont venus le chercher, il a été rapatrié en urgence à Lille et placé à la clinique psychiatrique de la Maison Fleurie, où il pourra se reposer ».

« Il y a un véritable problème actuellement avec les attaquants du LOSC, a indiqué le professeur Singlet, spécialiste des troubles mentaux associés au sport et directeur de la clinique de la Maison Fleurie. Nolan est le quatrième attaquant lillois à perdre la tête et à être soigné à la clinique depuis le début de la saison, et j’ai bien peur que cela continue si René Girard reste aux commandes de l’équipe. Quasiment tous les joueurs à vocation offensive qui ne sont pas internés ou n’ont pas eu le courage, comme Salomon Kalou, de quitter le club, sont sous antidépresseurs. Ils sont tous en perte de repères, ne savent plus ce qu’ils doivent faire et dans quel but ils doivent marquer, car on les oblige à défendre toujours et encore au lieu de faire ce que font normalement les attaquants : dribbler, tirer et marquer ».

Interrogé sur la question, l’entraineur Lillois René Girard s’est déclaré peu touché par la situation : « je suis certes le premier à regretter le black-out de Nolan, qui nous a empêchés de ramener un point du Vélodrome. Mais pour moi les attaquants n’ont pas d’importance dans une équipe de football. J’en fais jouer car le public me les réclame, mais pour moi les vrais joueurs sont ceux qui défendent. L’absence de Nolan me permettra de faire jouer un défenseur de plus, pour moi la meilleure attaque c’est la défense ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s